[ Critiques Pilots ][ S01E01 ]

Pilot (US) : Grace and Frankie, Netflix explore les conséquences d’un coming-out tardif

Grace and Frankie est la nouvelle production estampillée Netflix de cette année 2015. Armés d’un casting plus qu’alléchant, Marta Kauffman et Howard Morris nous proposent d’explorer les conséquences du coming-out de deux septuagénaires sur leur famille. Les épouses respectives, qui ne s’apprécient guère pour ne pas dire pas du tout, vont devoir apprendre à accepter cette nouvelle situation ensemble, qu’elles le veuillent ou non leurs maris sont désormais ensemble et amoureux.

Jane Fonda et Lily Tomlin incarnent à merveille Grace et Frankie, deux femmes aux cœurs brisés qui tentent tant bien que mal de gérer la bombe qui vient de ruiner leur vie, et même leur fin de vie. Si la révélation en elle-même est déjà lourde de conséquences pour n’importe quel couple à n’importe quel âge, se retrouver divorcées à plus de 70 ans n’est certainement pas une configuration qu’elles imaginaient. La perspective d’être seules à un âge où la retraite est bien entamée, où les enfants sont déjà très grands, où personne n’a finalement plus besoin de vous les laisse à la fois estomaquées et en colère. Des sentiments que chacune expriment différemment donnant lieu à une présentation des personnages sommaire mais efficace. L’une est bourgeoise et l’autre bohème, la réunion des deux nous promet déjà des scènes drôles et déroutantes, si la caractérisation de Grace et Frankie ne s’arrête pas à leurs différences évidentes. Mais je ne suis pas inquiète tant j’ai été emballée par ce premier épisode.

Grace and Frankie aborde avec humour et tristesse cette nouvelle période qui s’offre à elles. Comment gérer l’égoïsme dont ont fait preuve Robert et Sol (incarnés magnifiquement par Martin Sheen et et Sam Waterston) et le début du reste -si court- de leurs vies ? Entre trahison, déception, et Ryan Gosling (!), les pérégrinations de Grace et Frankie ne font que commencer pour notre plus grand plaisir. Le pilot navigue agréablement, sans forcer une seule fois, entre le dramatique de la situation et la comédie des personnages. Grace and Frankie rappelle d’ailleurs par certains côtés à la fois à Transparent pour ses faux-airs de pépite indé et Last Tango in Halifax pour le thème des 70 ans et plus, une catégorie de personnages peu abordée dans les séries. A l’issue de ce pilot, l’équilibre est quasi-parfait, cette première saison s’annonce donc enthousiasmante à tous les niveaux.

Tags: ,

La Sérietheque

Sériephile passionnée qui a grandi avec The Nanny, la trilogie du samedi, les minikeums ou encore Melrose Place - j'ai depuis regardé tout un tas de séries essentiellement américaines. Ma curiosité m'amène aux frontières de l'Europe et me permet de découvrir des bijoux de fictions britanniques ou danoises. Plutôt Minus que Cortex, je souhaite comme toi conquérir le monde.

Propose ton blabla