[ Critiques Pilots ][ S01E01 ]

Pilot (US) The Real O’Neals : you can’t pray away the gay !

The Real O’Neals est la nouvelle comédie familiale d’ABC centrée autour d’une famille catholique d’origine irlandaise habitant Chicago, les O’Neals, dont le quotidien est radicalement bouleversé lorsque le père de famille, Pat, décide subitement de révéler le secret qui entoure son couple à ses enfants.

Après l’annulation en mai dernier de The McCarthys par CBS, il manquait à mon programme téléphagique une nouvelle comédie familiale qui prendrait naturellement la suite. Portée par Martha Plimpton libre après l’annulation de Raising Hope, le pilot de The Real O’Neals est solide bien que très classique.

Appelée au boycott par plusieurs associations anti-gay américaines, The Real O’Neals se sert en effet du coming-out du cadet de 16 ans, Kenny, pour créer le séisme dont cette famille bien sous tout rapport avait besoin. Noah Galvin, l’acteur qui joue Kenneth donc, est également la voix-off qui nous explique comment la fin de l’épisode se termine en chaos total (tout est relatif, ce n’était pas non plus SI extraordinaire) en commençant par la présentation de sa famille, et plus particulièrement de sa mère, une matriarche qui règne sans partage sur le quotidien des O’Neals, et qui sera la plus affectée par les multiples révélations en cascade de ses enfants et de son mari.

Ce premier épisode de The Real O’Neals respecte les codes d’un pilot et ne manque certainement pas d’humour pour espérer une saison où les vrais O’Neals se révéleront aussi imparfaits que drôles. La série ne sort pas des carcans classiques des comédies familiales mais pourrait s’avérer être un atout de choix pour ABC avec un casting aussi solide.

Tags: ,

La Sérietheque

Sériephile passionnée qui a grandi avec The Nanny, la trilogie du samedi, les minikeums ou encore Melrose Place - j'ai depuis regardé tout un tas de séries essentiellement américaines. Ma curiosité m'amène aux frontières de l'Europe et me permet de découvrir des bijoux de fictions britanniques ou danoises. Plutôt Minus que Cortex, je souhaite comme toi conquérir le monde.

Propose ton blabla